Il y a quelques semaines, nous vous faisions découvrir le sens des expressions “oh là là” et “mon ami”, aujourd’hui, nous nous concentrons sur la signification de sacrebleu, une injure française bien connue des étrangers.

Que signifie l’expression “sacrebleu” ?

Si l’on se fie à la définition du Larousse, sacrebleu est un juron français employé pour marquer l’impatience, l’étonnement ou la colère d’une personne selon la situation. Cette expression est une version atténuée de l’injure “sacredieu”, qui signifie littéralement altérer/désacraliser Dieu, et qui a donc été considéré pendant de nombreuses années comme un blasphème.

Dans l’imaginaire collectif, “sacrebleu” a une connotation ancienne. L’expression est souvent associée (à raison) au monde de la piraterie et à l’époque du Moyen-Âge. C’est d’ailleurs, pour cela, que le juron a aussi vite remplacé “sacredieu”. À l’époque, le blasphème était puni d’un châtiment corporel pouvant aller de la simple pénitence, à des punitions plus graves comme des brûlures au fer à cheval, l’amputation de la langue ou même la condamnation à mort. 

Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, son emploi le plus fréquent dans la culture française provient d’œuvres littéraires du XIXème et du XXème siècle. On retrouve ainsi l’injure “sacrebleu” dans de nombreux livres d’Émile Zola et d’Albert Camus. 

Comment se prononce « sacrebleu » ?

Les deux syllabes qui composent “sacrebleu” se prononcent exactement comme les deux termes qui le constituent. Dans “sacre”, on prononce toutes les lettres à l’exception de la dernière tandis que “bleu” se dit comme il s’écrit. L’écriture phonétique de l’expression est /sa.kʁə.blø/.

Les expressions dérivées de “sacrebleu” 

À travers les âges, l’expression “sacrebleu” s’est déclinée de bien des façons, donnant naissance à une pléthore d’expressions françaises basées sur une structure identique. Voici quelques-unes des injures similaires que l’on retrouve le plus dans la littérature française.

  • Sacredieu : comme expliqué ci-dessus, “sacredieu” est l’injure de base qui a donné naissance à bon nombre de dérivées en raison de son caractère blasphématoire.
  • Sacredié : variation de “sacredieu”, “sacredié” utilise le suffixe “dié” inspiré du latin “dia” qui signifie également “dieu”. Cette expression est logiquement tout aussi blasphématoire. On privilégiait donc l’emploi de l’une de ses autres déclinaisons à l’époque.
  • Sacreblotte : autre déclinaison euphémique de l’injure “sacrebleu”, “sacreblotte” utilise le suffixe “blotte”, qui était employé au Moyen-Âge pour signifier l’influence, la communication ou la découverte selon la situation.
  • Sacrelotte : autre variation populaire de “sacrebleu”, l’injure “sacrelotte” était surtout utilisée pour signifier sa colère. On retrouve également l’expression sous l’écriture “sacrelote” dans la littérature française de l’époque.

Les Français emploient-ils encore l’expression « sacrebleu » dans le langage courant ?

Comme indiqué dans la première partie de cet article, “sacrebleu” a une connotation vieillotte, jusqu’à être totalement désuète au XXIème siècle. Il y a fort à parier que si vous êtes amené à rencontrer cette injure, ce sera forcément à l’écrit dans des travaux datant de plusieurs dizaines, voire centaines, d’années. Cette expression se retrouve souvent, à tort, dans les œuvres de la culture pop américaine pour représenter des personnages français, par exemple.

Voici quelques expressions qui vont être préférées à l’insulte “sacrebleu” dans le langage courant pour exprimer sa stupéfaction, sa colère ou son agacement :

  • Mon dieu : à l’instar de “sacredieu” et “sacredié”, l’interjection “mon dieu” ou “oh mon dieu” était considérée comme un blasphème tout au long du dernier millénaire. Cependant, l’expression est encore aujourd’hui utilisée dans le langage courant pour signifier son étonnement.
  • Merde : équivalent du “shit” en anglais, “merde” est l’un des gros mots les plus populaires en France. Le plus souvent, l’injure est employée lorsque l’on est choqué ou lorsque l’on vient de faire une erreur.
  • Putain : avec “merde”, “putain” est sans aucun doute l’insulte française la plus utilisée. Tout comme “fuck” en anglais, l’insulte peut être employée dans de nombreuses situations, que ce soit pour mettre l’accent sur un mot ou pour montrer son énervement. “Putain” est encore plus employé dans le Sud de la France, où l’on dit même que l’insulte fait office de ponctuation.
  • Zut / Flûte : les expressions “zut” et “flûte” sont généralement employées de la même façon que les insultes ci-dessus, mais dans des situations différentes. Bien moins vulgaires, on va souvent les entendre lorsqu’il y a des enfants à proximité ou dans un cadre professionnel où il serait mal vu de jurer.

Les différentes écritures de “sacrebleu” que l’on retrouve en ligne

En raison de la recrudescence de l’emploi de l’expression dans la littérature, les films et les séries américaines pour dépeindre un personnage français, on retrouve l’injure “sacrebleu” écrite de nombreuses façons différentes sur la toile. Voici un florilège des plus communes :

  • Sacre bleu : c’est de loin l’erreur la plus fréquente quand on en vient à écrire l’expression. Contrairement à l’on pourrait penser, l’expression “sacre bleu” s’écrit bel et bien en un seul mot : “sacrebleu” !
  • Sacré bleu : une autre erreur que l’on retrouve consiste à confondre avec l’expression “sacré + nom commun ou nom propre”, qui est utilisé pour accentuer le sens du mot qui le succède (exemple : tu es un sacré menteur !). Un point important, cette version est utilisée au Québec !
  • Scare blue : transcription phonétique de l’expression française, “scare blue” est de loin l’écriture la plus utilisée par des anglophones lorsqu’ils tentent de retranscrire le juron.
  • Sak le bleu : là encore, on constate un autre type d’écriture phonétique de l’injure par des non-francophones : “sak le bleu”.
  • Sock la blur : un peu moins habituelle, on retrouve néanmoins “sock la blur” en tant que transcription phonétique de l’injure française lorsqu’elle est employée par des non-francophones.
  • Sacre blue : “sacre blue” est tout simplement une traduction maladroite des anglophones de l’expression. Si l’on veut trouver une traduction littérale, “sacred blue” serait probablement la meilleure approximation. 

On espère que la signification de sacrebleu n’aura plus de secret pour vous. On vous invite à lire notre autre article sur le nom d’un plat français mal orthographié par nos amis Américains : Omelette du fromage !