Pour la cérémonie d’ouverture et de fermeture, Tony Estanguet, le président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) de Paris 2024 utilise des mots comme “grandiose” et “majestueux”. L’innovation pour cette édition est le souhait qu’une partie de l’événement se fasse dans la ville comme la cérémonie d’ouverture et de fermeture sur la Seine. Cette volonté a pour but de mettre en avant le patrimoine et de proposer une offre ticketing large au public. French Iceberg a rassemblé dix faits intéressants que vous devez connaître sur les Jeux Olympiques de Paris 2024 qui débuteront le vendredi 26 juillet 2024 et se termineront le dimanche 11 août 2024.

Tony Estanguet Paris 2024
Tony Estanguet Président de Paris 2024

1 – Une incroyable cérémonie d’ouverture sur la Seine

Pour la première fois dans les Jeux olympiques d’été, une cérémonie aura lieu en dehors du stade. L’innovation pour cette édition est le souhait qu’une partie de l’événement se déroule dans la ville comme la cérémonie d’ouverture, sur la Seine. Cette volonté vise à mettre en valeur le patrimoine et à proposer une offre de billetterie large au public. Les organisateurs prévoient d’accueillir plus de 600 000 spectateurs sur les différents ponts et sur les berges du fleuve. Elle s’étendra sur six kilomètres, du pont d’Austerlitz au pont d’Iéna, à côté de la Tour Eiffel. Le parcours se terminera devant la place du Trocadéro, où auront lieu les spectacles et les cérémonies finales.

2 – Paris deviendra la deuxième ville à accueillir trois fois les Jeux olympiques

Les Jeux olympiques de 2024 marqueront la troisième fois que Paris accueillera les Jeux d’été. Jusqu’à présent, seule Londres a atteint le nombre de trois organisations des Jeux olympiques. De plus, la France  en tant que pays hôte, sera à six organisations. Le pays a accueilli les Jeux d’été en 1900 et 1924, tous deux organisés à Paris, ainsi que les Jeux d’hiver en 1924 (Chamonix), 1968 (Grenoble) et 1992 (Albertville). Pour que ça se produise, il a fallu l’existence de l’accord “jumelage olympique” entre le Comité international olympique (CIO), Paris 2024 et Los Angeles 2028. Il a été ratifié le 13 septembre 2017  dans la capitale péruvienne Lima. Le compromis historique voit les deux villes rejoindre Londres en tant qu’hôtes à trois reprises des Jeux d’été, Paris exprimant son souhait de passer en premier et de célébrer le 100ème anniversaire de ses derniers Jeux olympiques en 1924. LA, quant à elle, obtient la certitude d’avoir des Jeux sans concours d’enchères.

3 – L’artiste lyonnais, Woodkid a composé un titre pour la passation des Jeux Olympiques d’été 2024 à Paris

Woodkid, un des artistes français tendance en France et à l’étranger, a ajouté une date spéciale à sa tournée internationale en août 2021 pour célébrer la cérémonie de passation des Jeux olympiques de Tokyo 2020 à Paris 2024. En présence du triple champion olympique et membre du Comité international olympique Tony Estanguet (ainsi que président de Paris 2024), et des médaillés à leur retour des Jeux de Tokyo 2020, Woodkid a donné un concert gratuit à Paris au Trocadéro. Pour l’événement, l’artiste français a composé une musique originale nommée “Prologue” pour laquelle il a visionné des heures d’enregistrements de compétitions sportives pour trouver l’inspiration. Cette musique fut notamment composée avec l’orchestre national de France et la Maîtrise de Radio France.

4 – Un logo qui a suscité commentaires et débats

L’ancien logo de la tour Eiffel mélangé au chiffre 24, qui était globalement apprécié, a été remplacé  le 21 octobre 2019. La tour Eiffel était probablement le meilleur symbole pour représenter la France à l’étranger (cf. le logo de French Iceberg). Le nouveau logo allie désormais différentes représentations : une médaille d’or, une flamme, la Marianne. Marianne est une version des années 20 ce qui est un clin d’œil évident aux Jeux Olympiques des années vingt de 1924. Elle est le symbole de la République française et incarne les valeurs françaises de liberté, d’égalité et de fraternité. Tout semble parfait pour représenter la France en termes d’histoire et de valeurs. Cependant, les critiques ont rapidement fait surface sur Twitter, beaucoup soulignant la similitude de Marianne avec le mème populaire aux États-Unis “Karen”. Du côté de la France, certains ont trouvé que le logo était assez similaire  avec celui de l’application de rencontre Tinder, ou avec celui du parti d’extrême droite du FN (qui présente une flamme). Certains se sont même amusés à le détourner en faisant le logo d’un salon de coiffure.

5 – Un apport économique conséquent pour Paris

Dès qu’il a été confirmé que la ville de Paris accueillera les Jeux olympiques 2024, beaucoup se sont posé des questions par rapport à la vie économique de la ville : cette responsabilité sera-t-elle une opportunité ou le contraire ? Cet évènement sera une occasion de moderniser la ville, sachant que les athlètes seront logés dans certaines infrastructures comme le Parc olympique. Les JO 2024 devraient également générer 150 000 nouveaux emplois, sans oublier que les commerçants et les hôtels bénéficieront de forts revenus touristique.avec entre 15 et 20 millions de visiteurs sont attendus et une estimation de 3,5 milliards d’euros de revenus. 

6 – “Faible” coût économique de l’organisation des JO de Paris 2024

Bien que le budget total pour assurer le bon déroulement de cet évènement soit estimé maintenant à 7.3 milliards d’euros (contre 6,8 milliards au début). Anne Hidalgo, maire de Paris, a souligné que les infrastructures sont presque complètes et que la moitié de ce budget sera assuré par la billetterie (1,1 milliard) et le CIO (1,5 milliard). Par rapport au budget des JO de Tokyo 2020 qui étaient de 15,4 milliards de dollars, certains qualifiaient le budget de Paris 2024 de low-cost en étant sous la barre des 10 milliard d’euros. La construction de bâtiments qui seront réutilisés après les JO et les infrastructures existantes (95% des équipements prévus pour les Jeux sont déjà construits) permettraient de réduire la facture globale. Les responsables prévoient ainsi de construire “seulement” un centre aquatique, une arène couverte et un village olympique.

7 – Risque de spéculation immobilière en île de France

Partout où une ville s’améliore, la gentrification suivra à coup sûr. Certains Parisiens et habitants de Saint-Denis (ville au nord de Paris malfamée pour sa criminalité), comme les membres du groupe Non aux JO 2024 à Paris, affirment que les jeux vont alimenter la spéculation immobilière dans ce quartier multiculturel et abordable. Pour le non-français, on retrouve dans cette ville le Stade de France, stade construit pour la coupe du monde de football 1998 et qui servira pour les JO de Paris 2024. Le village Olympique ainsi que le Centre Aquatique vont être construits sur cette commune limitrophe de Paris. Le groupe déclare que les Jeux ne font qu’accélérer le Grand Paris , qu’ils considèrent comme « antidémocratique et anti-écologique », tout en privatisant l’espace public et en détournant les budgets publics. Le principal problème du groupe avec les Jeux est que les citoyens de Paris et de Saint-Denis n’ont jamais eu la possibilité de voter par référendum. Il y eut également un assouplissement des règles d’urbanisme, ces dérogations vont permettre la construction de projets immobiliers conséquents. 

Lire aussi : Jeux Olympiques d’été Paris 2024 : Lieux et Dates

8 – Le problème des transports parisiens

Une partie de l’argent investi dans les jeux était destinée à l’achèvement du Grand Paris Express, un système de nouvelles lignes de métro considéré comme le projet de transport le plus ambitieux d’Europe. Les nouvelles lignes de métro relieraient les banlieues à la ville et faciliteraient l’accès aux aéroports et à d’autres points critiques. Cependant, le projet ne sera pas terminé à temps pour les jeux, posant la question de la charge que cela représentera pour les lignes de métro existantes et les déplacements en voiture.

9 – Passation de JO Tokyo Paris dans la station internationale avec Thomas Pesquet

Quatre semaines après la clôture des JO 2020, Tokyo passe le flambeau à Paris, marquée par une fête de passation dans la ville française. Pour cet événement unique, l’astronaute Thomas Pesquet a réservé une belle surprise aux organisateurs français en jouant un solo de saxophone, notamment la Marseillaise, depuis l’espace et la station spatiale internationale.

10 – Les épreuves olympiques de surf se tiendront à Tahiti 

Le Comité international olympique a approuvé le souhait des organisateurs d’envoyer des compétitions de surf à plus de 15 000 kilomètres (9 000 miles), plus exactement 15 706 km exactement selon Google. Il s’agit de la Polynésie française dans le Pacifique, les organisateurs ont préféré cette localisation que la côte atlantique française. Il ne faut pas oublier que la France possède un des plus grands espaces marins mondiaux et c’est sans doute un souhait de mettre en avant cette magnifique région française. Les organisateurs ont indiqué sur leur compte Twitter avoir choisi la commune de Teahupo’o, sur la côte sud-ouest de l’île de Polynésie française. Le tweet était accompagné d’une photo des imposantes vagues vitreuses pour lesquelles Teahupo’o est réputée.

Conclusion

Paris sera l’hôte des prochains Jeux et ils se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. Pleins de nouveautés pour ces JO qui verront, par exemple, pour la première fois des épreuves de breakdance, d’escalade sportive, de skate et de surf. À cause de la pandémie mondiale, le cycle olympique sera raccourci à trois ans au lieu des quatre habituellement. Bien que certains faits ont créé une polémique, en ne citant que le surf olympique à Tahiti, le logo qui n’est pas jugé original ou encore les inquiétudes des forces de l’ordre par rapport à la sécurité lors de la cérémonie d’ouverture sur la Seine. Les organisateurs semblent être prêts à accueillir ce grand évènement mondial et mettent en œuvre toutes les cartes pour assurer son bon déroulement. En parlant d’événement mondial, je vous invite à lire mon article sur les anecdotes du Tour de France !

Crédits photos: 

Photo de couverture @Paris2024

Tony Estanguet @Anaelle Le Roy