Qui se cache derrière ces masques de robot ? D’où est-ce qu’ils viennent ? Comment ont-ils débuté ? Est-ce qu’ils se séparent pour de vrai ? Mais pourquoi ? Les Daft Punk laissent derrière eux beaucoup de questions. Plutôt que d’essayer de trouver une réponse à ces interrogations, rendons hommage à ce duo emblématique. Remercions-les pour ces 28 ans de musique unique, originale et novatrice. Retraçons leur formidable carrière ! 

Qui sont les Daft Punk ?

Avant toutes choses, il faut savoir que Daft Punk est un groupe de musique électronique français. Beaucoup de monde pense que les Daft Punk sont américains. Cependant, ce groupe est bel et bien composé d’artistes français. Les membres de Daft Punk sont nés au milieu des années 70 et sont tous les deux chevaliers des arts et des lettres, une des plus hautes distinctions de la part de l’État  français. 

Les Daft Punk est un duo parisien composé de Thomas Bangalter (né en 1974) et Guy Manuel De Homen (né en 1974) Christo, tous deux originaires de Neuilly-sur-Seine (Banlieu dorée de Paris). Ils se rencontrent au lycée Carnot à Paris à 12/13 ans. Bien avant la naissance du groupe Daft Punk, les deux amis ont monté une bande avec Laurent Brancowitz nommée Darlin. 

Daft Punk, une musique originale comme leur nom

Le nom Daft Punk vient d’une critique d’un journaliste du magazine britannique Melody Maker, Dave Jennings. Ce dernier a qualifié le single du groupe Darlin de “punk débile” soit “daft punky trash”. Après s’être séparés de Brancowitz (aujourd’hui membre du groupe français Phoenix), les deux musiciens français ont repris le commentaire négatif pour en faire un nom de scène. Certes, une appellation assez originale, mais leur musique n’en reste pas moins. Leur style de musique a varié pendant leur carrière partant de la techno house à la pop disco. Daft Punk  a révolutionné plusieurs fois la musique électro-pop. Depuis sa naissance en 1993, le groupe a fait quatre albums, hormis les réalisations cinématographiques. 

Ambassadeurs de la French Touch

Thomas et Guy Manuel ont eu le mérite d’avoir exporté la French Touch à l’étranger, mouvement de musique électronique française commencé dans les années 90 par des artistes comme Laurent Garnier ou Daft Punk. Ce mouvement a donné naissance à de nombreux artistes sur la scène techno française tels que Justice, Boyz Noise, Digitalism ou Cassius.   

Du début du duo Daft Punk à leur premier album “Homework”

Ce fut en 1987 que les Daft Punk se sont rencontrés pour la première fois. En effet, ils étaient dans la même classe au collège. Cinq ans plus tard, en 1991, ils décident de créer un groupe rock nommé “Darlin ”. Ils reçoivent des critiques plutôt positives du côté de l’Angleterre suite à la sortie de leur premier essai. En revanche, c’est pratiquement le silence radio du côté de la presse française qui ne prête pas d’importance à cet album. C’est seulement en 1993 que le duo Daft Punk est né. Les deux artistes sortent leur cd deux titres, avec “The New Wave” et “Alive”. 

En 1995, il sortent deux mythiques singles “Da Funk” et “Rollin & Scratchin”, les deux titres se répandent rapidement à travers les clubs en France et en Europe. Toujours en 1995, Bangalter crée son label nommé “Roulé” et sort “Tracks On Da Rocks”, on reviendra sur ce point plus tard, il est vrai que les deux membres ont toujours été productifs et créatifs, en solo, en dehors du groupe Daft Punk. 

A côté de cela, ils ont l’honneur d’être en première partie de la tournée mondiale du groupe britannique The Chemical Brother. En réponse, les Daft Punk commencent à être connus et reconnus dans le monde. Ils enchaînent sur leur premier succès commercial avec leur album “Homework” (dont le single Around the World) sorti le 7 janvier 1997. L’album se vend à plus de 2 millions d’exemplaires dans 35 pays en moins de deux mois. Cet album est annonciateur du futur succès international de Daft Punk. Ce registre est plus orienté dans la mouvance de l’époque. En d’autres mots, « Homework » met en avant une tonalité répétitive, car il est très électronique, house et techno. D’ailleurs, le clip du titre Around the World, tiré du principal répertoire du duo, a fait le tour du monde. 

D’ailleurs, c’est avant la sortie de leur premier album que le duo décide de devenir anonyme, pour se protéger des médias, en adoptant chacun un casque de robot. C’est aussi une bonne stratégie pour créer une identité visuelle ainsi que de créer une part de mystère autour de leur groupe. La leçon à tirer est que l’image était aussi importante que la musique. D’où le concept des robots et les apparitions presque inexistantes. En effet, lorsque nous parlons des Daft Punk, l’image des deux musiciens casqués nous vient directement à l’esprit. 

Une identité musicale singulière confirmée avec leur deuxième album “Discovery”

C’est en 2001, avec le deuxième album “Discovery”, que les Daft Punk ont déposé leur signature avec un registre très disco, dansant, et énormément funk. Le titre “ One more time” est le parfait exemple. Cette deuxième composition connaît un grand succès auprès du public et de la presse, ils vendent 2,8 millions d’albums, dont 500 000 aux États-Unis, belle performance pour un album électro. Les morceaux sortis ont développé l’identité musicale du groupe. En effet, les chansons des Daft Punk ont toutes un côté disco, très eighties. Mais l’utilisation du traitement vocal se fait beaucoup entendre également. Certains tubes seront repris dans le futur dont “Harder Better Faster Stronger” par un certain Kanye West. Avec cet album, ils décrochent deux nominations aux Grammy Awards et sortent deux ans plus tard leur film animé et dessiné par le dessinateur japonais Leiji Matsumoto “Interstella 5555”.

“Human After All” un album moins plébiscité

“Human after all ” est leur troisième album sorti en 2005. Il est dit que les deux artistes ont enregistré cette œuvre en seulement deux semaines. Ceci vient de l’idée de créer un disque en urgence basé sur la paranoïa à la technologie. En effet, “Human after all” était une façon de dire que derrière leur masque, il y a des êtres humains sensibles. Cette création n’a pas aussi bien été accueillie au début, c’est sans doute lié au fait que le groupe a adopté un nouveau style plus rock plus noir. On retiendra de cet album quelques titres fabuleux tels que “Human After All” ou “Television Rules the Nation”. C’est l’album qui a le “moins” bien fonctionné commercialement avec quand même environ 1,5 million d’albums vendus.  

L’album “Alive” un chef d’oeuvre 

En 2006 ils sortent un album qui compile leurs trois précédents albums et enchaînent sur une tournée mondiale la même année. Par la suite, ils enregistrent leur album live lors d’un concert le 14 juin 2007 à Paris Bercy, il en sortira douze titres remixés. Personnellement c’est au final l’album que j’ai sans doute le plus écouté des Daft Punk, un vrai chef d’œuvre. 

Le groupe Daft Punk amoureux du cinéma

Nous connaissons Daft Punk par leur musique électronique novatrice mettant en avant la French touch. Il faut savoir que les Daft Punk ont travaillé avec le monde du cinéma plusieurs fois. Effectivement, le duo d’artistes a su se démarquer visuellement avec leurs nombreux clips. Ils décident de passer le niveau supérieur en produisant leur propre film. Pendant la création de leur album “Discovery” leur vient l’idée de réaliser un film de science-fiction sur l’industrie de la musique. Ils entrent en contact avec Leiji Matsumoto, un dessinateur de manga japonais pour qu’il gère la partie visuelle du film. Le dessinateur japonais acceptera et ensemble, ils créent le film Interstella 5555. Ce film fut projeté à la Quinzaine des metteurs en scène au Festival de Cannes en 2003.

 En 2006, Les Daft Punk réalisent un deuxième film “Electroma”, un film sans dialogue retraçant l’histoire de l’odyssée visuelle et musicale de deux robots dans le désert en quête pour devenir humain. Réalisé par les membres du groupe, Electroma a été en compétition officielle durant le Festival de Cannes en 2006. 

Les musiciens français ne s’arrêtent pas là. En effet, en 2010, ils composent exclusivement 24 titres pour la bande originale du film Disney “Tron : l’héritage”, un film de science-fiction.Ils ont même l’honneur d’apparaître dans le film en tant que DJ. Il faut mentionner que Thomas Bangalter, l’un des membres de Daft Punk, a composé pour des films pour son propre compte. À savoir, la bande-son du film « Irréversible » et les effets sonores de “Enter the void” de Gaspar Noé . 

Dernier album “Random Access Memory”, consécration mondiale de Daft Punk

Après huit ans d’attente, le groupe revient en 2013 avec l’album “Random Access Memories”. Niveau promotion, la machine est bien huilée ils lâchent un teaser de 15 secondes durant le talk-show “Saturday Night Live” de CBS, un teaser de “Get Lucky” sur YouTube ainsi qu’un teaser de 90 secondes lors du festival américain Coachella. Côté artistique, ils ne font pas les choses à moitié avec cet album en signant des collaborations avec des artistes de renom. On y retrouve, par exemple, Nile Rodgers, un guitariste, producteur et précurseur de la funk. Il y a également Chilly Gonzales ou Panda Bear, le fondateur d’Animal Collecte et musicien expérimental. 

C’est aussi sur “Random Access Memories” que l’on retrouve le single “Get lucky” avec le chanteur américain Pharrell Williams. Tout ceci pour dire que “Random Access Memories” est tout le contraire de ce que Daft punk avait proposé auparavant. C’est la vraie force de ce groupe d’être là où on ne les attend pas. De nombreux musiciens avaient commencé à copier leur style électro avec les voix robotiques par exemple. Ils prennent à contre-pied le courant et lâchent un album aux sonorités disco funky. L’album est un succès commercial planétaire avec une industrie digitalisée le titre “Get Lucky” décroche le record français de ventes de titres digitaux à l’unité en trois jours, avec près de 39.000 exemplaires écoulés dépassant le titre “Skyfall” d’Adele. Ultime consécration, l’album remporte à Los Angeles en 2014 le titre de meilleur album de l’année aux Grammy Awards. 

Un succès planétaire sans faille pour les Daft Punk

Les Daft Punk sont des habitués du Grammy Awards, la cérémonie la plus prestigieuse dans l’industrie de la musique. Ils ont gagné six trophées et ont été nommés 12 fois, un record pour un groupe français. Leur première nomination était en 2001. En 2006, après de nombreux singles, le groupe est élu meilleur DJ par le magazine Mixmag et enchaîne les titres. Les Daft punk ont réussi à acquérir un immense succès planétaire en vendant 20 millions d’albums à travers le monde. Le duo robotique est devenu par conséquent une icône de la musique pop. 

Un duo prolifique en solo

Les deux Français sont extrêmement talentueux en dehors de Daft Punk. Thomas Bangalter a produit avec Stardust un titre appartenant à la French touch “Music Sounds Better With You” mais encore « Gym Tonic » avec Bob Sinclar ou « So Much Love To Give » avec son propre label Roulé. La réalisation qui m’a le plus marqué personnellement est le featuring improbable avec le groupe de rap français 113 avec le titre “Le 113 fout la merde”. 

De son côté Guy-Manuel de Homem-Christo a un deuxième groupe électro fondé en 1997, nommé Le Knight Club. Il s’est associé avec l’artiste Éric Chédeville connu sous le nom de Rico. Autre réalisation, il a produit en 2008 l’album Sexuality de Sébastien Tellier. Guy-Manuel a aussi produit en 2010 le titre “Nightcall” pour l’artiste français Kavinsky. Ce titre est dans le film Drive, ou l’on retrouve comme acteur principal, Ryan Gosling. 

Une séparation : la fin des Daft punk annoncée

Le lundi 22 février 2021, le duo français a communiqué publiquement une importante information qui a chamboulé le monde de la musique. Comme le groupe est connu pour son originalité, une fois encore, il a trouvé une manière originale d’annoncer leur séparation. Pas de communiqué de presse ni d’interview, mais plutôt à l’aide d’une vidéo sur YouTube. Un court-métrage de huit minutes environ, extrait de leur film Electroma sorti en 2006. Dans ce passage, on voit les deux robots dans le désert, l’un d’eux amorce l’autodestruction de l’autre. Suite à l’explosion, le deuxième protagoniste continue d’aller de l’avant. À la fin de l’épilogue, il y a un message très clair : 1993-2021. 

Certains fans pensent que peut-être, est-ce la façon pour les Daft Punk de présenter un nouveau projet en cours. Il est vrai qu’avec ces musiciens dont le niveau d’originalité est hors pair, on peut s’attendre à tout. Malheureusement, la nouvelle a été renforcée par Kathrun Frazier, leur collaboratrice. Après 28 ans d’existence sur la scène internationale, Daft Punk se sépare pour de vrai. Une triste nouvelle pour les fans et pour les Français.

Pour terminer notre hommage au groupe, il faut préciser que les Daft Punk ont tellement apporté à la musique électronique, qu’il est impossible de ne pas les connaître. On parle ici même d’un phénomène planétaire qui a débuté dans le début des années 90 jusqu’à aujourd’hui. Daft Punk a toujours su apporter avec justesse et une certaine vision le renouveau de l’électro. 

Néanmoins, Daft Punk laisse un grand héritage musical derrière lui pour les générations futures. Une discographie riche, des réalisations incomparables. Pour le reste, le public espère déjà un retour, car il faut le dire, on peut s’attendre à tout avec eux. Le moins que l’on puisse faire est de les remercier pour leur carrière. On peut aussi réécouter leur album et regarder les films qu’ils ont réalisés. De cette manière, Daft Punk pourra revivre le temps de quelques minutes, car la musique ne meurt jamais, encore moins les Daft Punk. Je vous invite désormais à lire l’article sur un nouvel français artiste émergant : Petit Biscuit : La success story du DJ français.

Crédit :

https://culture.tv5monde.com/musique/biographies-artistes/daft-punk-1070